BOLA-Montpellier Solidarité Burkina

Formation des femmes au maraichage

BIBA  possède un jardin d’une superficie de 1,7 Ha. Celui a vu sa surface tripler en 15 ans, suite aux sensibilisations opérées par notre association. Actuellement, 300 femmes travaillent dans ce jardin. Chaque femme gère entièrement la culture de son lopin. Elle reverse à l'association de gestion du jardin une petite partie du produit de la vente des légumes. Des femmes de villages alentours viennent acheter sur place des légumes pour les revendre à leur tour sur d'autres marchés…

Cette activité a permis aux femmes qui œuvrent dans ce jardin d’avoir un niveau de vie économique qui s’est amélioré. Ceci favorisant plus facilement l’accès aux soins, à l’école entre autres. La route qui traverse le village est en cours de réfection et va être goudronnée, ce qui permettra une meilleure diffusion des produits de culture sur le plan régional. La diversification alimentaire qu'a permis l'extension du jardin initial est une avancée majeure dans le développement de cette population.

Néanmoins, varier les cultures n'est pas encore une habitude, alors que c'est élément essentiel d'une part pour l'autonomisation alimentaires des familles et avant tout des enfants, et d'autre part pour l'autonomisation des femmes qui cherchent à renforcer leurs capacités agricoles entre deux périodes de récoltes (diversification des cultures, protection des sols). C'est pourquoi, notre association, en lien avec les populations locales et l'association APaD (Association Paysanne de Développement) notre partenaire, souhaite poursuivre son action sur ce terrain en mettant en place une offre de formation destinées aux femmes adaptée sur les trois années à venir.

Cette production est parfois ralentie par le tarissement précoce de trois puits de ce jardin , qui en compte neuf. Cette situation génère une baisse de la production. En accord avec nos partenaires nous avons prévu de faire réaliser un surcreusement de ces trois puits.

De la même manière, nous allons étendre les capacités maraîchères du village par la création de deux jardins supplémentaires situés dans deux autres quartiers de Biba. Le jardin principal étant en outre assez excentré par rapport à ces quartiers. La diversification des cultures de façon raisonnée et respectueuses de l'environnement impactera à la fois les habitudes alimentaires et les façons de travailler.

Les femmes profiteront directement des formations et de l'amélioration des puits, par une montée en compétence directe et un accroissement des rendements. Les familles, particulièrement les enfants, profiteront indirectement de la diversification des cultures. L'activité économique déjà améliorée depuis plusieurs années sera davantage pérenne et assurera pour les années à venir des revenus réguliers aux familles concernées.

Les villageois, et particulièrement les jeunes, profiteront indirectement d'une amélioration de l'activité économique, qui permet de lutter contre un exode rural indéniable.